Le Japon sans fard de Kyoichi Tsuzuki

Disques et magazines qui s’empilent jusqu’à des hauteurs vertigineuses, guitare électrique posée à même le sol, vêtements en pagaille… Les intérieurs présentés dans Tokyo Style n’ont pas grand chose de zen. Un choc pour celui qui les découvre, l’idée surtout que le Japon c’est aussi ça : une curiosité débordante, et la passion souvent monomaniaque des mordus, les vrais. Le reflet aussi d’un consumérisme devenu art de vie ou presque, quoi qu’on puisse en penser. Ce qui est sûr c’est que le Tokyo de Kyoichi Tsuzuki ressemble comme deux gouttes d’eau à celui qu’on a découvert nous-même plus tard, pour de vrai, et ça c’est énorme. 

Après 10 années passées à écrire pour Popeye et Brutus et depuis la sortie de Tokyo Style en 1993, Kyoichi Tsuzuki a beaucoup voyagé : au Japon bien sûr mais aussi en Europe, aux USA ou en Thaïlande. Maniaques de la modeHappy victims, exposé au Centre National de la Photographie, à Paris, en 2003 – love hôtels (photo de une) et snacks… Les sujets qu’il ramène de ses voyages sont populaires et pas vraiment hype, loin, très loin de ceux qu’on a vus et revus mille fois dans les magazines du genre. Une œuvre d’autant plus précieuse qu’elle est rare. Merci Tsuzuki san !

Interview de Kyoichi Tsuzuki à lire dès mardi prochain dans NEON Mag

Le site officiel de Kyoichi Tsuzuki

Photo Kyoichi Tsuzuki

One Response to Le Japon sans fard de Kyoichi Tsuzuki

  1. Pingback: Tweets that mention Le Japon sans fard, retour sur les principaux livres de Kyoichi Tsuzuki -- Topsy.com

Laisser un commentaire

Please use your real name instead of you company name or keyword spam.